Les couleurs du temps, un 4 septembre

, par Jean Provencher

À Québec, en 1882. « Dans une paroisse qui nous avoisine, un mariage doit avoir lieu demain entre un vieillard, qui en est rendu à plus de quatre vingt ans, et une jeune fille qui a à peine vu son vingtième printemps, et ici, pas de question d’intérêt en jeu, le vieil énamour est pauvre […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2014/09/0...