Les framboisiers, eux, espèrent simplement qu’on les laisse à eux-mêmes

, par Jean Provencher

Ils sont à composer avec le temps qu’il fait. Un ami belge, habitant maintenant au Québec, me demande : « Mais qu’attends-tu pour manger les fruits ? » Leur production ne m’intéresse pas pour la manger, leur cheminement plutôt me passionne. Si un des fruits tombe, une petite bête en fera banquet.  

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2017/10/2...