Les grandes forêts d’Arthur Buies

, par Jean Provencher

En son temps, on a dit Buies écrivain, journaliste, littérateur, géographe, etc., mais l’homme n’aimait guère les étiquettes. Pour son gagne-pain, il écrit dans les journaux. Mais il se lance aussi à l’occasion dans des projets personnels. Ainsi publie-t-il L’Outaouais supérieur en 1889. Et la forêt québécoise, particulièrement la nuit, immense, insondable, a toujours fasciné […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2014/06/0...