Les inondations de 1873 sur le Saint-Maurice

, par noreply@blogger.com (Le Flâneur)

En mai 1873, le journal Le Constitutionnel de Trois-Rivières faisait état d'une crue exceptionnelle des eaux de la rivière Saint-Maurice et de dommages causés aux infrastructures qui avaient été mises en place par le gouvernement fédéral dans les années 1850 : les estacades et la fameuse glissoire qui permettait aux billots de franchir les chutes de Shawinigan. Un moulin à scie avait aussi été emporté au poste des Grès, près du village de Saint-Étienne-des-Grès.

Le 28 mai 1873 :
« Les estacades de la rivière Jacques Cartier et de la rivière Ste-Anne ont été emportées ; dans le St-Maurice, nous avons perdu environ 50 000 billots. Les travaux du gouvernement sont détruits ou endommagés : à Shawinigan, à Grand-Mère, aux Piles, à la Tuque de même qu’à l’embouchure du St-Maurice. Les estacades des deux chenaux ont été rompues près des ponts. Mais jusqu’à présent, la partie principale a tenu bon et il y a aujourd'hui environ 175 000 billots retenus dans les booms. Aux Grès, il n’y a qu’un moulin qui ait été emporté, l’autre est intact. L’eau est plus haute sur le St-Maurice qu’on ne l’avait vu depuis 1846 ; mais l’on s’attend qu’elle va se mettre à baisser sérieusement aujourd'hui, sinon nous pouvons nous attendre aux pires désastres. Dans la Batiscan, les travaux ont bien tenu jusqu'à ce jour. »
Des billots retenus par des estacades sur le Saint-Maurice.


Deux jours plus tard, soit le 30 mai, Le Constitutionnel fait état de nouveaux dommages causés par la crue des eaux :

 « Maisons, granges, hangars, magasins, tout ce qu’il y avait sur la ferme de M. Hall, à la rivière Croche, a été emporté par l’eau. Les granges pleines de foin de MM. Ritchie et Cull à La Tuque, ont également été emportées, ainsi que les magasins et autres édifices construits par M. Stoddard. On rapporte aussi que la glissoire de Shawinigan a été emportée par le courant. »
En médaillon, la glissoire des chutes de Shawinigan.



Les fermes endommagées étaient situées sur les terres basses des affluents du Saint-Maurice. Elles servaient à produire le foin nécessaire à l'entretien des chevaux employés dans les camps forestiers. Les villages de la vallée du Saint-Maurice, situés sur des hauteurs, n'avaient pas été touchés. Les villes de Shawinigan, Grand-Mère et La Tuque n'existaient pas encore.

Les deux articles du journal Le Constitutionnel sont tirés des Bases de données en histoire de la Mauricie. La première carte postale a été publiée par The Valentine and Sons Publishing Co. et la seconde, par le photographe Pinsonneault de Trois-Rivières.

Voir en ligne : http://www.lecarnetduflaneur.com/20...