Les premiers italiens à Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les premiers Italiens arrivèrent au Canada vers le 19 ième siècle. Ils sont nombreux à arriver à Montréal. Cette ville était pour eux une éventuelle chance de trouver un emploi. Plusieurs sont ceux qui croyaient avoir trouvé l’endroit pour faire fortune. "C, est là que pour la première fois, une forte population d’Italiens émigrés au Canada a pris racine et crée une entité socio-économique et culturelle appelée parfois "petite Italie"." C’est vers la fin du 19ième siècle que l’immigration italienne au Canada a pris de l’ampleur. Pendant les années du 20ième siècle, il y a un fort courrant migratoire en provenance de l’Italie. Vers les années 1903, le gouvernement souligne une population italienne de 3000 personnes "ajoutant que le caractère approximatif des données ne permet pas "de faire une division nette entre le nombre d’italiens établis de façon permanente, et le nombre d’Italiens et le nombre de ceux qui forment l’immigration flottante." La majorité de ces familles proviennent du Midi, Molise et Campanie. Pour ce qui est du lieu où ils sont situés, ils sont dans la zone allant de la rue Beaudy (à l’est) à la rue St-Urbain (à l’ouest) et de la rue Notre-Dame à la rue Ontario. Ils sont situés en partie à cet endroit vu le coût du loyer ainsi que l’accès au travail. Pour ce qui est de la facilité des gent début 20ième siècle, est plutôt difficile, car de la part des employeurs canadiens, ils ont de la difficulté à savoir exactement où recruter la main d’oeuvre italienne puisque ceux-ci ignorent les démarches à suivre pour avoir un emploi. La solution qui sera trouver après avoir constater ce problème, fut les agents d’emplois. Pour ceci, ces agents demanderont aux immigrants une "taxe d’embaucher", c’est à dire un montant que chacun d’eux devront remettre à leurs employés pour travailler. Il y a un gros réseau de contact qui informe plusieurs personnes ayant un bon statu (ex : enseignants, maître, maître de poste etc.). Ils expliquent quels moyens utiliser pour se procurer un passeport ainsi que tout ce qui sera utile pour voyager de l’Italie à Montréal pour ainsi trouver un emploi. Il y a aussi de nombreux services qui seront offert "puisqu’en plus d’orienter physiquement des milliers de travailleurs de leur paesi vers la métropole québécoise et d’autres lieux de travail, il faut aussi organiser leur séjour dans la ville" Ce services ont fortement contribués à une forte immigration de la population italienne. Cette main d’oeuvre a contribué à la construction de chemin de fer, pour le chemin Pacifique, le transcontinental National, le Canadien Nord etc. Ces gens venus d’Italie passent plusieurs mois au centre-ville de Montréal. Ces immigrants vivent dans des conditions concentrées. Les conditions d’hygiène ainsi que les conditions physiques sont abominables. Celle aura comme impact de choquer la "presse" qui dénoncera la qualité de vie dans la quelle ces gens se trouvent. Somme toute, ils ont été très utiles pour l’économie de Montréal et même du pays et c’est pourquoi ils ont ainsi leur place dans la grande ville de Montréal.Les premiers Italiens arrivèrent au Canada vers le 19 ième siècle. Ils sont nombreux à arriver à Montréal. Cette ville était pour eux une éventuelle chance de trouver un emploi. Plusieurs sont ceux qui croyaient avoir trouvé l’endroit pour faire fortune. "C, est là que pour la première fois, une forte population d’Italiens émigrés au Canada a pris racine et crée une entité socio-économique et culturelle appelée parfois "petite Italie"." C’est vers la fin du 19ième siècle que l’immigration italienne au Canada a pris de l’ampleur. Pendant les années du 20ième siècle, il y a un fort courrant migratoire en provenance de l’Italie. Vers les années 1903, le gouvernement souligne une population italienne de 3000 personnes "ajoutant que le caractère approximatif des données ne permet pas "de faire une division nette entre le nombre d’italiens établis de façon permanente, et le nombre d’Italiens et le nombre de ceux qui forment l’immigration flottante." La majorité de ces familles proviennent du Midi, Molise et Campanie. Pour ce qui est du lieu où ils sont situés, ils sont dans la zone allant de la rue Beaudy (à l’est) à la rue St-Urbain (à l’ouest) et de la rue Notre-Dame à la rue Ontario. Ils sont situés en partie à cet endroit vu le coût du loyer ainsi que l’accès au travail. Pour ce qui est de la facilité des gent début 20ième siècle, est plutôt difficile, car de la part des employeurs canadiens, ils ont de la difficulté à savoir exactement où recruter la main d’oeuvre italienne puisque ceux-ci ignorent les démarches à suivre pour avoir un emploi. La solution qui sera trouver après avoir constater ce problème, fut les agents d’emplois. Pour ceci, ces agents demanderont aux immigrants une "taxe d’embaucher", c’est à dire un montant que chacun d’eux devront remettre à leurs employés pour travailler. Il y a un gros réseau de contact qui informe plusieurs personnes ayant un bon statu (ex : enseignants, maître, maître de poste etc.). Ils expliquent quels moyens utiliser pour se procurer un passeport ainsi que tout ce qui sera utile pour voyager de l’Italie à Montréal pour ainsi trouver un emploi. Il y a aussi de nombreux services qui seront offert "puisqu’en plus d’orienter physiquement des milliers de travailleurs de leur paesi vers la métropole québécoise et d’autres lieux de travail, il faut aussi organiser leur séjour dans la ville" Ce services ont fortement contribués à une forte immigration de la population italienne. Cette main d’oeuvre a contribué à la construction de chemin de fer, pour le chemin Pacifique, le transcontinental National, le Canadien Nord etc. Ces gens venus d’Italie passent plusieurs mois au centre-ville de Montréal. Ces immigrants vivent dans des conditions concentrées. Les conditions d’hygiène ainsi que les conditions physiques sont abominables. Celle aura comme impact de choquer la "presse" qui dénoncera la qualité de vie dans la quelle ces gens se trouvent. Somme toute, ils ont été très utiles pour l’économie de Montréal et même du pays et c’est pourquoi ils ont ainsi leur place dans la grande ville de Montréal. Source : Ramirez, Bruno "Les premiers italiens de Montréal", Boréal Express, 1984, Montréal

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...