Les quartiers disparus de Montréal : la mise en œuvre du plan Dozois dans le Red Light. 1957.

, par Nicolas Bednarz

Peut-être avez-vous eu le plaisir de visiter l’exposition « Quartiers disparus », présentée par le Centre d’histoire de Montréal, en collaboration avec les Archives de la Ville de Montréal. Tenue entre 2011 et 2013, cette exposition comportait de magnifiques clichés de secteurs de la ville sur le point d’être rasés, soit le Red light, le Faubourg à m’lasse, Victoriatown et certains abords des rues Vitré ou Viger. Au cours des années 1950 et 1960, l’administration municipale imagine en effet une cité nouvelle et prévoit la destruction de ces quartiers, dont les « taudis » dérangent, et qui doivent laisser place à des installations modernes. Ce seront les habitations Jeanne-Mance, la société Radio-Canada, l’Autostade, les autoroutes Bonaventure et Ville-Marie.

La majeure partie des photographies sélectionnées dans le cadre de l’exposition « Quartiers disparus » était tirée de nos fonds d’archives. Nous vous offrons aujourd’hui la chance de consulter directement cet important ensemble de photographies. Au cours des jours à venir, nous ferons paraître plusieurs articles permettant d’accéder à des albums photographiques mais également à notre catalogue exhaustif en lien avec la mise en œuvre du plan Dozois et la démolition des secteurs de l’actuelle Société Radio-Canada, de Victoriatown et de l’autoroute Ville-Marie.

Notre article d’aujourd’hui vous offre de découvrir plus de mille photographies prise lors de l’inventaire des habitations ciblées en 1957 par l’application du rapport Dozois. Ce rapport Dozois est déposé trois ans plus tôt par un comité chargé d’éliminer les zones de taudis en favorisant la construction de logements sociaux. Le secteur délimité par les rues Saint-Dominique, Ontario, Sanguinet et Sainte-Catherine est ciblé : on souhaite « nettoyer le quartier de ses activités délinquantes, dont celles de la mafia et du crime organisé (prostitution et drogue) ». Les premiers avis d’éviction sont envoyés à l’été 1957 et les expropriations se poursuivent jusqu’en 1959. Les travaux de construction se terminent en 1961.

À l’été 1957, la Ville réalise un considérable inventaire photographique des habitations vouées à disparaître, en les numérotant scrupuleusement. Sur ces clichés apparaissent souvent les habitants du secteur, alors que chacun poursuit ses activités quotidiennes et que les enfants envahissent les rues ensoleillées.

 

Vous pouvez consulter ici une sélection de 113 photographies particulièrement frappantes, tirées de notre reportage complet :

http://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/sets/72157636432800756/

Ce reportage complet de plus de 1300 photographies est par ailleurs accessible au sein de notre catalogue, aux adresses suivantes :

VM094,S40 :
http://archivesdemontreal.ica-atom.org/photographies-par-jean-paul-gill-1957 ;rad
P127 :
http://archivesdemontreal.ica-atom.org/collection-marc-choko-1957-1959 ;rad

À venir :

  • Le Faubourg à m’lasse
  • Victoriatown
  • Le secteur de l’autoroute Ville-Marie

Voir en ligne : http://archivesdemontreal.com/2013/...