Les temps changent

, par Jean Provencher

L’hebdo montréalais Le Bulletin raconte. Après l’institution du télégraphe d’alarme à Montréal, il était habituel le 1er de l’An de chaque année de sonner dans les différents postes de pompiers et sur nos églises le chiffre de l’année que l’on célébrait. Ainsi, en 1899, le timbre d’alarme sonna à minuit précise les Nos 1-8-9-9. Depuis […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2017/01/0...