Les vieux journaux sont souvent bien surprenants

, par Jean Provencher

Certaines façons de faire nous sont complètement perdues. Ainsi, à l’occasion, ô surprise, ils échappent comme cela, à la une, un petit poème, signé ou non. Le Franco-Canadien, de Saint-Jean-d’Iberville, commence notre journée du 13 mars 1885 avec cette adresse aux oiseaux.  Souvenir de mon jardin Doux chantres de la nature, Petits oiseaux, […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2014/03/2...