« Les villages immuables »

, par Jean Provencher

Dans les villes tumultueuses où, malgré la promiscuité physique, la solitude morale de l’homme est si complète, il y a des fluctuations et des séismes. Les civilisations s’effritent après s’être entrechoquées comme des vagues. Les peuples se laissent asservir par les monstres qu’ils engendrent. Seuls, inondés de lumière douce, respirant la vie par leurs portes […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2017/08/2...