Libération de Camillien Houde

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les admirateurs de Camillien Houde
l’attendent par milliers à la gare Windsor le 18 août. On lui érige une tribune d’où il prononce un discours à la foule. Houde est acclamé tout au long de son retour à la maison, d’où il s’adresse une fois de plus à ses partisans, sans pour autant divulguer ses plans. Au début de la Deuxième Guerre mondiale, quatre ans auparavant, Houde invitait la population à défier la Loi sur l’enrôlement obligatoire en refusant publiquement de s’enregistrer. Quelques mois après son retour, en 1944, il sera réélu par acclamation à la mairie de Montréal.Les admirateurs de Camillien Houde
l’attendent par milliers à la gare Windsor le 18 août. On lui érige une tribune d’où il prononce un discours à la foule. Houde est acclamé tout au long de son retour à la maison, d’où il s’adresse une fois de plus à ses partisans, sans pour autant divulguer ses plans. Au début de la Deuxième Guerre mondiale, quatre ans auparavant, Houde invitait la population à défier la Loi sur l’enrôlement obligatoire en refusant publiquement de s’enregistrer. Quelques mois après son retour, en 1944, il sera réélu par acclamation à la mairie de Montréal. Source : La Presse, 19 août 1944, p.3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...