Manifestation contre la fête de la reine Victoria

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les premières arrestations ont lieu rue Amherst, par un blocus policier qui interdit le trottoir aux manifestants. En tout, une vingtaine de personnes sont appréhendées. Trois policiers brutalisent un manifestant qui tente de récupérer le drapeau du Québec qui vient de lui être confisqué. « Le Devoir » signale la présence de perturbateurs étrangers parmi les séparatistes. Des vitrines de la maison Archambault, de la maison Dupuis, du restaurant Da Giovani et du poste de radio CJMS sont brisées alors qu’une voiture de police est incendiée. Les premières arrestations ont lieu rue Amherst, par un blocus policier qui interdit le trottoir aux manifestants. En tout, une vingtaine de personnes sont appréhendées. Trois policiers brutalisent un manifestant qui tente de récupérer le drapeau du Québec qui vient de lui être confisqué. « Le Devoir » signale la présence de perturbateurs étrangers parmi les séparatistes. Des vitrines de la maison Archambault, de la maison Dupuis, du restaurant Da Giovani et du poste de radio CJMS sont brisées alors qu’une voiture de police est incendiée. Source : Le Devoir, 25 mai 1965, p.1-2

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...