Manifestation de 400 femmes à Québec pour réclamer le suffrage féminin

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Parmi les femmes qui participent à la manifestation, on retrouve notamment Marie Gérin-Lajoie et Idola Saint-Jean. En dénonçant ce qu’ils considèrent comme une attaque contre les valeurs traditionnelles, les évêques attirent la sympathie de nombreuses femmes qui s’identifient surtout à leur rôle de mère de famille et qui ne tiennent pas à intervenir dans le processus politique. À cet égard, le cardinal Louis-Nazaire Bégin, évêque de Québec, déclare que « L’entrée des femmes dans la politique, même par le seul suffrage, serait, pour notre province, un malheur. Rien ne le justifie, ni le droit naturel ni l’intérêt social. » Le fondateur du journal « Le Devoir », Henri Bourassa, va encore plus loin, écrivant « l’introduction du féminisme sous sa forme la plus nocive ; la femme-électeur qui engendrera bientôt (...) la femme-homme, le monstre hybride et répugnant qui tuera la femme-mère et la femme-femme. » Cette tentative des groupes féministes de faire accepter le vote des femmes restera vaine.Parmi les femmes qui participent à la manifestation, on retrouve notamment Marie Gérin-Lajoie et Idola Saint-Jean. En dénonçant ce qu’ils considèrent comme une attaque contre les valeurs traditionnelles, les évêques attirent la sympathie de nombreuses femmes qui s’identifient surtout à leur rôle de mère de famille et qui ne tiennent pas à intervenir dans le processus politique. À cet égard, le cardinal Louis-Nazaire Bégin, évêque de Québec, déclare que « L’entrée des femmes dans la politique, même par le seul suffrage, serait, pour notre province, un malheur. Rien ne le justifie, ni le droit naturel ni l’intérêt social. » Le fondateur du journal « Le Devoir », Henri Bourassa, va encore plus loin, écrivant « l’introduction du féminisme sous sa forme la plus nocive ; la femme-électeur qui engendrera bientôt (...) la femme-homme, le monstre hybride et répugnant qui tuera la femme-mère et la femme-femme. » Cette tentative des groupes féministes de faire accepter le vote des femmes restera vaine. Source : Le Devoir, 10 février 1922, p.3.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...