Marche du premier mai à Montréal et à Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le journaliste du « Devoir » écrit au sujet des manifestations : « Montréal et Québec ont renoué hier avec la tradition des grandes manifestations ouvrières et populaires... ». Parmi les participants, on retrouve des travailleurs, des chômeurs, des étudiants et des assistés sociaux. C’est la première fois en près de 20 ans que les grandes centrales syndicales (Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et Centrale de l’enseignement du Québec (CEQ)) défilent ensemble pour le premier mai. L’année précédente, le défilé du premier mai n’avait attiré que 3 000 personnes.Le journaliste du « Devoir » écrit au sujet des manifestations : « Montréal et Québec ont renoué hier avec la tradition des grandes manifestations ouvrières et populaires... ». Parmi les participants, on retrouve des travailleurs, des chômeurs, des étudiants et des assistés sociaux. C’est la première fois en près de 20 ans que les grandes centrales syndicales (Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et Centrale de l’enseignement du Québec (CEQ)) défilent ensemble pour le premier mai. L’année précédente, le défilé du premier mai n’avait attiré que 3 000 personnes. Source : Le Devoir, 30 avril 1994, p.A1 et le 2 mai 1994, p.A1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...