Marie-Laurence Raby reçoit une bourse d’excellence BAnQ

Marie-Laurence Raby, étudiante à la maîtrise en histoire, est récipiendaire cette année d’une bourse d’excellence de 9 500 $ grâce à son projet de recherche.
Depuis 2003, BAnQ a créé le Programme de soutien à la recherche dans le but de mieux faire connaître la richesse et la diversité de ses collections patrimoniales, et de favoriser des travaux sur ces collections. 
Titre : « Avortement, réseaux et clandestinité : les mutations dans l’organisation féministe de l’accès à l’avortement au Québec au regard de l’évolution des discours normatifs de l’État (1969-1988) »
Résumé :
« Dans le cadre de mes recherches de maîtrise, j’exploite les documents des fonds d’archives du Comité de lutte pour l’avortement libre et gratuit, de la Coordination nationale pour l’avortement libre et gratuit, de la Coalition québécoise pour le droit à l’avortement libre et gratuit et du Centre de santé des femmes de Montréal, tous disponibles à BAnQ Vieux-Montréal. Étudier la clandestinité implique plusieurs défis méthodologiques, puisque, par définition, les réseaux d’avortement que j’étudie fonctionnent plus ou moins dans l’ombre. Ces fonds d’archives de BAnQ offrent l’avantage de centrer mon analyse de l’accès clandestin à l’avortement sur les groupes qui ont configuré ces réseaux, plutôt que sur le système répressif (en examinant par exemple des archives judiciaires). Les différents documents qui composent ces fonds mettent en lumière l’implication de groupes militants féministes dans la mise en place et le fonctionnement des réseaux clandestins d’avortement pour leur période respective, questionnant parfois la notion même de clandestinité. Les procès-verbaux de réunions, les bilans d’activités, les pamphlets et les publications qui composent ces archives me permettent de brosser un portrait très humain de ces associations et de leurs militantes. Au fil du dépouillement de ces archives, j’apprends à connaître ces femmes à travers leurs victoires, mais aussi par les doutes et incertitudes qui émanent des archives quant à l’avenir des groupes et des services offerts. L’illégalité de leurs gestes et la répression préoccupent aussi les femmes. Ces fonds d’archives me permettent également d’analyser l’évolution du discours féministe sur l’avortement et l’oppression systémique des femmes. En bref, par l’analyse inédite de ces fonds d’archives, qui forment le cœur de ma recherche, j’espère lever le voile sur une part de l’histoire des femmes au Québec qui trouve toujours ancrage dans l’actualité récente, plus de 30 ans après la décriminalisation de l’avortement. » 
Toutes nos félicitations !

Voir en ligne : https://www.hst.ulaval.ca/le-depart...