Mon dernier colibri peine

, par Jean Provencher

J’en avais deux, ne m’en reste plus qu’un. Les abeilles d’une ruche quelque part — les études disent tout au plus à sept kilomètres d’où elles butinent — viennent de découvrir le bonheur de mes abreuvoirs d’eau sucrée. Les Impatientes du Cap ont cessé de fleurir, les productrices de fleurs roses également, mon colibri ne […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2016/09/1...