Nomination de Bob Gainey au poste de directeur général du Canadien de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Entre 1973 et 1989, Gainey a disputé 1160 parties dans l’uniforme tricolore, remportant cinq coupes Stanley et quatre trophées Frank J. Selke remis à l’attaquant s’étant le plus illustré pour son jeu défensif. Il a par la suite agi comme entraîneur (1990-1996), puis comme directeur général (1992-2002) des North Stars du Minnesota -devenus les Stars de Dallas- , formation avec laquelle il a remporté une sixième coupe Stanley en 1999. Même si on présente le choix de Gainey comme le retour au bercail d’une ancienne gloire de l’équipe, le principal intéressé s’empresse de définir ses objectifs lors de la conférence de presse où l’on annonce sa nomination : « Ma présence ici n’a rien à voir avec le passé, et tout à voir avec le présent et le futur. Je vais tout faire pour que cette équipe soit meilleure, pour qu’elle représente mieux la ville. » Le choix de Gainey est généralement bien accueilli par la presse et le public. Rappelons qu’au printemps 2003, le Canadien avait été impuissant à se qualifier pour les séries d’après-saison.Entre 1973 et 1989, Gainey a disputé 1160 parties dans l’uniforme tricolore, remportant cinq coupes Stanley et quatre trophées Frank J. Selke remis à l’attaquant s’étant le plus illustré pour son jeu défensif. Il a par la suite agi comme entraîneur (1990-1996), puis comme directeur général (1992-2002) des North Stars du Minnesota -devenus les Stars de Dallas- , formation avec laquelle il a remporté une sixième coupe Stanley en 1999. Même si on présente le choix de Gainey comme le retour au bercail d’une ancienne gloire de l’équipe, le principal intéressé s’empresse de définir ses objectifs lors de la conférence de presse où l’on annonce sa nomination : « Ma présence ici n’a rien à voir avec le passé, et tout à voir avec le présent et le futur. Je vais tout faire pour que cette équipe soit meilleure, pour qu’elle représente mieux la ville. » Le choix de Gainey est généralement bien accueilli par la presse et le public. Rappelons qu’au printemps 2003, le Canadien avait été impuissant à se qualifier pour les séries d’après-saison. Source : La Presse, 3 juin 2003, p.A1, S1-S9.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...