Nomination de Claude Ruel au poste d’entraîneur du Canadien de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Geoffrion n’aura donc été entraîneur du Canadien qu’un peu plus de trois mois. Expliquant sa décision de démissionner, il avoue : « J’aurais aimé rester avec le Canadien. C’est un très bon club, où il y a d’excellents joueurs, mais je ne pouvais plus tenir le coup. » Sous le règne de Bernard Geoffrion, l’équipe a conservé une fiche de 15 victoires, 9 défaites et 6 parties nulles, ce qui la situait au quatrième rang du classement général de la Ligue nationale de hockey (LNH). Geoffrion n’aura donc été entraîneur du Canadien qu’un peu plus de trois mois. Expliquant sa décision de démissionner, il avoue : « J’aurais aimé rester avec le Canadien. C’est un très bon club, où il y a d’excellents joueurs, mais je ne pouvais plus tenir le coup. » Sous le règne de Bernard Geoffrion, l’équipe a conservé une fiche de 15 victoires, 9 défaites et 6 parties nulles, ce qui la situait au quatrième rang du classement général de la Ligue nationale de hockey (LNH). Source : Le Devoir, 13 décembre 1979, p.18.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...