Nomination de Michel Therrien au poste d’entraîneur du Canadien de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Avec cinq victoires à ses 20 premières parties, le Canadien occupe le dernier rang de l’Association de l’Est, une situation qui incite Boivin à poser ce geste que plusieurs analystes anticipent depuis quelques jours. Therrien, gagnant d’une coupe Memorial avec les Prédateurs de Granby, est à ce moment entraîneur des Citadelles de Québec, club-école du Tricolore dans la Ligue américaine de hockey. Il succède à Vigneault qui était en poste depuis 1997. Therrien sera épaulé dans ses fonctions par Guy Carbonneau. Houle, en poste depuis 1995, est quant à lui remplacé par André Savard, le directeur du personnel hockey du Canadien. Les spéculations quant à l’impact de ces nominations vont bon train, l’avenir de l’équipe, qui est à vendre, et de son personnel, étant entouré d’incertitude. Le nouveau directeur gérant manifeste néanmoins le désir de rétablir la situation dans les mois à venir, affirmant : « C’est exagéré de dire que c’est un club sans talent. Mais les joueurs n’ont peut-être pas la même ardeur au travail qu’en deuxième moitié de saison l’an dernier. La solution pour l’instant se trouve à l’interne. Je le répète, il faut que les joueurs retrouvent cette ardeur au travail. »Avec cinq victoires à ses 20 premières parties, le Canadien occupe le dernier rang de l’Association de l’Est, une situation qui incite Boivin à poser ce geste que plusieurs analystes anticipent depuis quelques jours. Therrien, gagnant d’une coupe Memorial avec les Prédateurs de Granby, est à ce moment entraîneur des Citadelles de Québec, club-école du Tricolore dans la Ligue américaine de hockey. Il succède à Vigneault qui était en poste depuis 1997. Therrien sera épaulé dans ses fonctions par Guy Carbonneau. Houle, en poste depuis 1995, est quant à lui remplacé par André Savard, le directeur du personnel hockey du Canadien. Les spéculations quant à l’impact de ces nominations vont bon train, l’avenir de l’équipe, qui est à vendre, et de son personnel, étant entouré d’incertitude. Le nouveau directeur gérant manifeste néanmoins le désir de rétablir la situation dans les mois à venir, affirmant : « C’est exagéré de dire que c’est un club sans talent. Mais les joueurs n’ont peut-être pas la même ardeur au travail qu’en deuxième moitié de saison l’an dernier. La solution pour l’instant se trouve à l’interne. Je le répète, il faut que les joueurs retrouvent cette ardeur au travail. » Source : La Presse, 21 novembre 2000, p.1 et A2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...