Nominations québécoises à la soirée des Oscars

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Même si le cinéma québécois a une année difficile au box-office, plusieurs films connaissent du succès auprès des critiques. C’est notamment le cas de « Rebelle » de Kim Nguyen, un film qui porte sur la réalité tragique des enfants soldats en République démocratique du Congo. Après « Incendies » de Denis Villeneuve (2011) et « Monsieur Lazhar » de Philippe Falardeau (2012), « Rebelle » obtient à son tour une nomination pour l’Oscar du meilleur film étranger. Une autre production québécoise, « Henry » de Yan England, est également nominée, cette fois dans la catégorie du meilleur court métrage. « Henry » suit le parcours d’un musicien vieillissant, incarné par Gérard Poirier, atteint de la maladie d’Alzheimer. La 85e édition des Oscars, présentée en direct du Dolby Theatre, à Hollywood, est suivie avec intérêt au Québec. Les deux films nominés ne réussissent toutefois pas à gagner la célèbre statuette, remportée respectivement par « Amour » de Michael Haneke (meilleur film étranger) et « Curfew » de Shawn Christensen (court métrage). « Rebelle » et « Henry » auront toutefois d’autres occasions de s’illustrer puisque les récompenses cinématographiques canadiennes et québécoises sont encore à venir. De fait, le 3 mars, le film de Kim Nguyen reçoit le prix Luc Perreault/La Presse de l’Association québécoise des critiques de cinéma (meilleur film québécois) ainsi que 10 trophées, dont ceux du meilleur film et de la meilleure réalisation, aux Prix Écrans canadiens.Même si le cinéma québécois a une année difficile au box-office, plusieurs films connaissent du succès auprès des critiques. C’est notamment le cas de « Rebelle » de Kim Nguyen, un film qui porte sur la réalité tragique des enfants soldats en République démocratique du Congo. Après « Incendies » de Denis Villeneuve (2011) et « Monsieur Lazhar » de Philippe Falardeau (2012), « Rebelle » obtient à son tour une nomination pour l’Oscar du meilleur film étranger. Une autre production québécoise, « Henry » de Yan England, est également nominée, cette fois dans la catégorie du meilleur court métrage. « Henry » suit le parcours d’un musicien vieillissant, incarné par Gérard Poirier, atteint de la maladie d’Alzheimer. La 85e édition des Oscars, présentée en direct du Dolby Theatre, à Hollywood, est suivie avec intérêt au Québec. Les deux films nominés ne réussissent toutefois pas à gagner la célèbre statuette, remportée respectivement par « Amour » de Michael Haneke (meilleur film étranger) et « Curfew » de Shawn Christensen (court métrage). « Rebelle » et « Henry » auront toutefois d’autres occasions de s’illustrer puisque les récompenses cinématographiques canadiennes et québécoises sont encore à venir. De fait, le 3 mars, le film de Kim Nguyen reçoit le prix Luc Perreault/La Presse de l’Association québécoise des critiques de cinéma (meilleur film québécois) ainsi que 10 trophées, dont ceux du meilleur film et de la meilleure réalisation, aux Prix Écrans canadiens. Source : http://www.ledevoir.com/culture/cinema/371775/oscar-henry-de-yan-england-battu-par-curfew  ;
http://www.lapresse.ca/arts/television/201303/03/01-4627371-prix-ecrans-canadiens-rebelle-sans-partage.php

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...