« Nos hommes forts » (seconde de deux parties)

, par Jean Provencher

Hier, nous en étions donc à la rencontre prochaine de Cadet Blondin et d’un batailleur qui le défiait. Suite de cette histoire parue dans Le Sorelois du 6 février 1885. Mais on ne saura pas ce qui est advenu entre les deux hommes. Retrouvons tout de même le fil. Blondin était un colosse. Il pesait […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2014/02/0...