Obtention d’un prix Grammy par le groupe Arcade Fire

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

C’est autour du couple formé de Win Butler, un Américain, et de Régine Chassagne, une Montréalaise, que se constitue Arcade Fire à Montréal au début des années 2000. Il s’agit d’un groupe rock qui, en plus des instruments typiques à ce genre musical utilise, entre autres, le violon, le xylophone et l’accordéon. Les deux premiers albums du groupe, « Funeral » et « Neon Bible », connaissent un immense succès. Puis, en août 2010, Arcade Fire lance « Suburbs ». Il reçoit trois nominations aux prestigieux prix Grammy, dont celui du meilleur disque alternatif. C’est toutefois le prix du meilleur album de l’année qui attend le groupe montréalais, en nomination contre des gros noms de l’industrie comme Lady Gaga et Eminem. Cette récompense, remise au Staples Center de Los Angeles devant un auditoire estimé à 26 millions de téléspectateurs, constitue une certaine surprise. Émus, les musiciens remercient leurs fans en anglais et en français, rendant hommage au rôle que Montréal a joué dans leur carrière. Ils interprètent également deux de leurs succès au cours de la soirée -
« Month of May », « Ready to Start » - , ce qui contribue à les faire connaître encore plus aux États-Unis. Il s’agit d’une période exceptionnelle pour Arcade Fire. En plus des nombreux prix déjà reçus sur la scène canadienne, s’ajoutent deux récompenses au prestigieux Brit Award, l’équivalent des Grammy au Royaume-Uni, soit le meilleur album et le meilleur groupe international.C’est autour du couple formé de Win Butler, un Américain, et de Régine Chassagne, une Montréalaise, que se constitue Arcade Fire à Montréal au début des années 2000. Il s’agit d’un groupe rock qui, en plus des instruments typiques à ce genre musical utilise, entre autres, le violon, le xylophone et l’accordéon. Les deux premiers albums du groupe, « Funeral » et « Neon Bible », connaissent un immense succès. Puis, en août 2010, Arcade Fire lance « Suburbs ». Il reçoit trois nominations aux prestigieux prix Grammy, dont celui du meilleur disque alternatif. C’est toutefois le prix du meilleur album de l’année qui attend le groupe montréalais, en nomination contre des gros noms de l’industrie comme Lady Gaga et Eminem. Cette récompense, remise au Staples Center de Los Angeles devant un auditoire estimé à 26 millions de téléspectateurs, constitue une certaine surprise. Émus, les musiciens remercient leurs fans en anglais et en français, rendant hommage au rôle que Montréal a joué dans leur carrière. Ils interprètent également deux de leurs succès au cours de la soirée -
« Month of May », « Ready to Start » - , ce qui contribue à les faire connaître encore plus aux États-Unis. Il s’agit d’une période exceptionnelle pour Arcade Fire. En plus des nombreux prix déjà reçus sur la scène canadienne, s’ajoutent deux récompenses au prestigieux Brit Award, l’équivalent des Grammy au Royaume-Uni, soit le meilleur album et le meilleur groupe international. Source : La Presse, 14 février 2011, Cahier Arts et spectacles, p. 1 ; 15 février 2011, p. 1 et al. ;

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...