Obtention d’une charte provinciale par la Fédération catholique des Éclaireurs canadiens-français

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Au cours des années 1920, l’attitude du clergé québécois à l’endroit du scoutisme commence à changer. Les réticences de la hiérarchie religieuse s’atténuent quelque peu avec la propagation de ce mouvement chez les catholiques en Europe (France, Belgique, Italie, etc.) et l’accueil favorable que fait le pape Pie XI à un grand rassemblement scout à Rome, le 6 septembre 1925. En 1926, le jésuite Adélard Dugré définit dans la revue « l’Action française » sa vision d’un scoutisme qui serait compatible avec les valeurs (foi, langue, patriotisme) et l’identité des jeunes canadiens-français. En 1928, la Fédération catholique des Éclaireurs canadiens-français obtient une charte provinciale. Même si elle ne réunit pas tous les adeptes du scoutisme au Québec, la Fédération comptera environ 1 300 membres en 1933. Au cours des années 1920, l’attitude du clergé québécois à l’endroit du scoutisme commence à changer. Les réticences de la hiérarchie religieuse s’atténuent quelque peu avec la propagation de ce mouvement chez les catholiques en Europe (France, Belgique, Italie, etc.) et l’accueil favorable que fait le pape Pie XI à un grand rassemblement scout à Rome, le 6 septembre 1925. En 1926, le jésuite Adélard Dugré définit dans la revue « l’Action française » sa vision d’un scoutisme qui serait compatible avec les valeurs (foi, langue, patriotisme) et l’identité des jeunes canadiens-français. En 1928, la Fédération catholique des Éclaireurs canadiens-français obtient une charte provinciale. Même si elle ne réunit pas tous les adeptes du scoutisme au Québec, la Fédération comptera environ 1 300 membres en 1933. Source : Pierre Savard, s.r.c., « L’implantation du scoutisme au Canada français », Les cahiers des dix, no.43, Sainte-Foy, La Liberté, 1983, p.207-262.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...