Obtention d’une médaille d’argent olympique par la kayakiste Caroline Brunet

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La course se déroule dans des conditions très difficiles. À un moment donné, on considère même la possibilité de la reporter au lendemain, soit quelques heures après la tenue des cérémonies de clôture des Jeux. Les organisateurs s’y opposent. Participante en K-2 à ces mêmes Jeux, Brunet obtient également une cinquième position en compagnie de Karen Furneaux. Insatisfaite de sa médaille elle reconnaît qu’il s’agit pour elle d’une « grande déception. L’Italienne est une grande athlète. Elle a terminé plusieurs fois derrière moi. Je savais que cela ne serait pas facile (...) Mon seul regret est de ne pas avoir gagné mais j’ai tout donné. »La course se déroule dans des conditions très difficiles. À un moment donné, on considère même la possibilité de la reporter au lendemain, soit quelques heures après la tenue des cérémonies de clôture des Jeux. Les organisateurs s’y opposent. Participante en K-2 à ces mêmes Jeux, Brunet obtient également une cinquième position en compagnie de Karen Furneaux. Insatisfaite de sa médaille elle reconnaît qu’il s’agit pour elle d’une « grande déception. L’Italienne est une grande athlète. Elle a terminé plusieurs fois derrière moi. Je savais que cela ne serait pas facile (...) Mon seul regret est de ne pas avoir gagné mais j’ai tout donné. » Source : La Presse Canadienne, 1 octobre 2000.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...