Obtention d’une médaille d’argent par Hilda Strike aux Jeux Olympiques de Los Angeles

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

À l’âge de 21 ans, Hilda Strike
se retrouve en finale du 100 mètres aux Jeux Olympiques de Los Angeles. La lutte s’annonce belle entre Strike, gagnante d’une demi-finale, et la Polonaise Stella Walsh (Stanislawa Walasiewicz), vainqueur de l’autre demi-finale. Walsh, une athlète au gabarit imposant, est la première femme à courir les 100 verges sous la barre des 11 secondes. Les deux femmes se livrent une chaude lutte et égalent le record du monde en 11 secondes et neuf dixièmes. Mais la médaille d’or est octroyée à Walsh qui a devancé la Canadienne par quelques poussières. Deux jours plus tard, le 4 août, Strike est la dernière relayeuse du 4 fois 100 mètres canadien qui franchit la ligne d’arrivée avec un temps de 47 secondes, un dixième de seconde derrière les Américaines. Avec ses deux médailles d’argent, Hilda Strike
est la première grande vedette féminine de l’athlétisme québécois. Elle participera à d’autres compétitions avant d’accrocher ses crampons pour de bon quelques années plus tard. En décembre 1980, un nouvel éclairage sera apporté sur sa performance du 2 août. L’autopsie qui survient après le décès de la Polonaise Stella Walsh, gagnante de la médaille d’or en 1932, permettra en effet d’apprendre que celle-ci avait des chromosomes males, une situation ambigue qui fera dire à certains qu’en 1932, Hilda Strike
aurait peut-être bien été, la femme la plus rapide au monde.À l’âge de 21 ans, Hilda Strike
se retrouve en finale du 100 mètres aux Jeux Olympiques de Los Angeles. La lutte s’annonce belle entre Strike, gagnante d’une demi-finale, et la Polonaise Stella Walsh (Stanislawa Walasiewicz), vainqueur de l’autre demi-finale. Walsh, une athlète au gabarit imposant, est la première femme à courir les 100 verges sous la barre des 11 secondes. Les deux femmes se livrent une chaude lutte et égalent le record du monde en 11 secondes et neuf dixièmes. Mais la médaille d’or est octroyée à Walsh qui a devancé la Canadienne par quelques poussières. Deux jours plus tard, le 4 août, Strike est la dernière relayeuse du 4 fois 100 mètres canadien qui franchit la ligne d’arrivée avec un temps de 47 secondes, un dixième de seconde derrière les Américaines. Avec ses deux médailles d’argent, Hilda Strike
est la première grande vedette féminine de l’athlétisme québécois. Elle participera à d’autres compétitions avant d’accrocher ses crampons pour de bon quelques années plus tard. En décembre 1980, un nouvel éclairage sera apporté sur sa performance du 2 août. L’autopsie qui survient après le décès de la Polonaise Stella Walsh, gagnante de la médaille d’or en 1932, permettra en effet d’apprendre que celle-ci avait des chromosomes males, une situation ambigue qui fera dire à certains qu’en 1932, Hilda Strike
aurait peut-être bien été, la femme la plus rapide au monde. Source : David McDonald, À la gloire des Canadiennes : les meilleures athlètes du Canada, Roxdale, John Wiley and Sons, 1981, p.37-42.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...