Obtention d’une partie parfaite pour le lanceur Dennis Martinez

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

D’autres lanceurs (Bill Stoneman, Charlie Lea, Mark Gardner) ont déjà réussi des matchs sans point ni coup sûr dans l’uniforme des Expos. C’est toutefois la première fois qu’un artilleur montréalais réalise une partie parfaite, si l’on fait exception des cinq manches immaculées lancées par David Palmer le 21 avril 1984. En tout, Martinez, un joueur originaire du Nicaragua, n’a eu besoin que de 95 tirs -à peine une dizaine par manches !- pour museler les Dodgers que les Expos ont vaincu 2 à 0. À son retour de Los Angeles quelques jours plus tard, Martinez, un des joueurs les plus populaires de l’histoire de la franchise montréalaise, sera honoré au stade Olympique.D’autres lanceurs (Bill Stoneman, Charlie Lea, Mark Gardner) ont déjà réussi des matchs sans point ni coup sûr dans l’uniforme des Expos. C’est toutefois la première fois qu’un artilleur montréalais réalise une partie parfaite, si l’on fait exception des cinq manches immaculées lancées par David Palmer le 21 avril 1984. En tout, Martinez, un joueur originaire du Nicaragua, n’a eu besoin que de 95 tirs -à peine une dizaine par manches !- pour museler les Dodgers que les Expos ont vaincu 2 à 0. À son retour de Los Angeles quelques jours plus tard, Martinez, un des joueurs les plus populaires de l’histoire de la franchise montréalaise, sera honoré au stade Olympique. Source : La Presse, 29 juillet 1991, p.A1, S1 et S3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...