Occupation de l’École des Beaux-Arts de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le mouvement de protestation dans les collèges va s’épuiser petit à petit, attirant aux récalcitrants de l’École des Beaux-Arts quelques réactions défavorables. Une déclaration officielle pour dénoncer « l’abus démesuré de l’occupation actuelle » de l’École des Beaux-Arts et le gaspillage des deniers publics sera rendue publique, à la mi-novembre, par le Comité des non-occupants de l’École des Beaux-Arts. Elle sera envoyée au premier ministre du Québec, Jean-Jacques Bertrand, et à son ministre de l’Éducation, Jean-Guy Cardinal. Le mouvement de protestation dans les collèges va s’épuiser petit à petit, attirant aux récalcitrants de l’École des Beaux-Arts quelques réactions défavorables. Une déclaration officielle pour dénoncer « l’abus démesuré de l’occupation actuelle » de l’École des Beaux-Arts et le gaspillage des deniers publics sera rendue publique, à la mi-novembre, par le Comité des non-occupants de l’École des Beaux-Arts. Elle sera envoyée au premier ministre du Québec, Jean-Jacques Bertrand, et à son ministre de l’Éducation, Jean-Guy Cardinal. Source : Le Devoir, 12 octobre 1968, p.1, 9 novembre 1968, p.2. La Presse, 12 novembre 1968, p.3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...