On échappe les plus jeunes

, par Jean Provencher

Au début du 20e siècle, les morts d’enfants, en particulier l’été, en ville, sont affolantes. On mettra plusieurs années à en venir à bout. Nous voici seulement à deux jours de la Saint-Jean, à Montréal, en 1903. La Patrie raconte. L’été, la grande tueuse d’enfants, recommence à envoyer en quantités désolantes les petits cadavres au […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2015/06/0...