« Où tout le monde est propriétaire et où personne ne l’est » : droits d’usage et gestion foncière à Kahnawake, 1815-18801

Daniel Rück ,Eve-Marie Lampron
| :
Depuis sa fondation au XVIIe siècle, et ce, jusqu’au XIXe siècle, la communauté et la nation de Kahnawake ont été régies par leurs propres lois et gouvernées par leurs propres dirigeants. Lors des dernières décennies du XIXe siècle, la législation fédérale a cependant dépouillé les chefs de Kahnawake de plusieurs de leurs pouvoirs et ainsi renforcé la position du Département des affaires indiennes. Cet article examine les pressions extérieures qui ont causé la dégradation de la gouvernance territoriale à Kahnawake, menant à une crise du bois au cours des années 1870. Il soutient que ces pressions extérieures ont généré un contexte dans lequel les dirigeants locaux n’ont plus été en mesure de gouverner efficacement et qui fut à la source d’une confusion considérable quant à savoir qui était réellement en charge et quelles lois étaient appliquées. Les Mohawks ont compris que leur nation était sérieusement mise en péril et ont usé de différentes stratégies afin de tenter de maintenir leurs propres lois et gouvernements.
| :
From its founding in the seventeenth century until the nineteenth century, the community and nation of Kahnawake operated according to its own laws, and was governed by its own leaders. But by the latter decades of the nineteenth century, federal legislation had stripped Kahnawake leaders of many of their powers and strengthened the position of the Department of Indian Affairs. This article explores the external pressures that caused a breakdown in land governance in Kahnawake and led to a wood crisis in the 1870s. It argues that external pressures created a context in which local leaders could no longer govern effectively, and where there was considerable confusion about who was in charge and which laws would be enforced. Mohawks understood that their nationhood was under serious threat and used various strategies to attempt to maintain their own laws and government.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1038288ar