Ouverture à Québec d’un congrès sur la colonisation

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Devant la forte migration des Québécois, le premier ministre Louis-Alexandre Taschereau propose lors de cette conférence de « définir les relations entre colons et marchands de bois, arrêter le mouvement d’immigration des nôtres et trouver des moyens de développer la colonisation de la meilleure manière possible. » De plus, « le gouvernement réalise que la colonisation est essentielle à notre développement mais elle doit aussi exploiter nos richesses et nos ressources forestières (...) Nous croyons également que la création de centres industriels aiderait beaucoup à retenir ceux qui vont s’en aller. Une rigoureuse campagne de rapatriement et d’offre de terres aux colons qui sont partis aiderait à ramener ici nos Canadiens. »Devant la forte migration des Québécois, le premier ministre Louis-Alexandre Taschereau propose lors de cette conférence de « définir les relations entre colons et marchands de bois, arrêter le mouvement d’immigration des nôtres et trouver des moyens de développer la colonisation de la meilleure manière possible. » De plus, « le gouvernement réalise que la colonisation est essentielle à notre développement mais elle doit aussi exploiter nos richesses et nos ressources forestières (...) Nous croyons également que la création de centres industriels aiderait beaucoup à retenir ceux qui vont s’en aller. Une rigoureuse campagne de rapatriement et d’offre de terres aux colons qui sont partis aiderait à ramener ici nos Canadiens. » Source : Le Devoir, 4 décembre 1923, p.3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...