Ouverture d’une conférence sur le devenir social et économique du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

En 1996, la mauvaise situation financière de l’État québécois provoque de l’inquiétude. La province est très endettée et fait face année après année à d’importants déficits budgétaires. Les différents acteurs socioéconomiques qui participent à la Conférence sur le devenir social et économique du Québec s’entendent sur l’objectif du « déficit zéro », qui devrait être atteint en quatre ans. Plus tard, le gouvernement fera voter une loi sur l’équilibre budgétaire. Un autre sommet, prévu pour octobre 1996, sera l’occasion de déterminer les moyens à prendre pour redresser les finances publiques et relancer l’économie du Québec. En attendant ce rendez-vous, trois groupes de travail sont mis sur pied. L’un se penchera sur la relance de Montréal, un autre sur l’emploi et un dernier sur l’économie sociale.En 1996, la mauvaise situation financière de l’État québécois provoque de l’inquiétude. La province est très endettée et fait face année après année à d’importants déficits budgétaires. Les différents acteurs socioéconomiques qui participent à la Conférence sur le devenir social et économique du Québec s’entendent sur l’objectif du « déficit zéro », qui devrait être atteint en quatre ans. Plus tard, le gouvernement fera voter une loi sur l’équilibre budgétaire. Un autre sommet, prévu pour octobre 1996, sera l’occasion de déterminer les moyens à prendre pour redresser les finances publiques et relancer l’économie du Québec. En attendant ce rendez-vous, trois groupes de travail sont mis sur pied. L’un se penchera sur la relance de Montréal, un autre sur l’emploi et un dernier sur l’économie sociale. Source : Le Devoir, 21 mars 1996, p.A1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...