Ouverture de la Superfrancofête à Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Lors de la soirée d’ouverture du Festival International de la Jeunesse francophone, Félix Leclerc
, Gilles Vigneault et Robert Charlebois sont réunis sur scène dans le cadre du spectacle « J’ai vu le loup, le renard, le lion ». Devant plus de 100 000 personnes originaires de plusieurs pays francophones, ils lancent un message d’amitié et de paix : « Quand les hommes vivront d’amour, il n’y aura plus de misère... » Moins harmonieuse est la réception faite aux premiers ministres Pierre Elliott Trudeau et Robert Bourassa qui sont la cible de huées. Ce dernier est particulièrement dans la mire des opposants à la Loi 22 que l’Assemblée nationale a adoptée au mois de juillet. Quelques anicroches mineures vont survenir au cours des 12 journées qui vont suivre. Mais dans l’ensemble l’humeur est à la fête. Un important menu d’activités meuble chaque journée, des événements étant organisés à différents points de la ville mettant en évidence le talent d’artistes, d’artisans et même d’athlètes, puisqu’une compétition d’athlétisme est présentée dans le cadre de la Superfrancofête. Avec un budget d’environ 2,5 millions de dollars, les organisateurs auraient réussi à faire déplacer plus de 800 000 spectateurs, dont 100 000 lors de la soirée de clôture le 24 août. Le mélange des cultures et des rythmes a fait de la Superfrancofête une aventure mémorable pour les habitants de la Vieille Capitale qui garderont de cette atmosphère festive un souvenir inoubliable. Lors de la soirée d’ouverture du Festival International de la Jeunesse francophone, Félix Leclerc
, Gilles Vigneault et Robert Charlebois sont réunis sur scène dans le cadre du spectacle « J’ai vu le loup, le renard, le lion ». Devant plus de 100 000 personnes originaires de plusieurs pays francophones, ils lancent un message d’amitié et de paix : « Quand les hommes vivront d’amour, il n’y aura plus de misère... » Moins harmonieuse est la réception faite aux premiers ministres Pierre Elliott Trudeau et Robert Bourassa qui sont la cible de huées. Ce dernier est particulièrement dans la mire des opposants à la Loi 22 que l’Assemblée nationale a adoptée au mois de juillet. Quelques anicroches mineures vont survenir au cours des 12 journées qui vont suivre. Mais dans l’ensemble l’humeur est à la fête. Un important menu d’activités meuble chaque journée, des événements étant organisés à différents points de la ville mettant en évidence le talent d’artistes, d’artisans et même d’athlètes, puisqu’une compétition d’athlétisme est présentée dans le cadre de la Superfrancofête. Avec un budget d’environ 2,5 millions de dollars, les organisateurs auraient réussi à faire déplacer plus de 800 000 spectateurs, dont 100 000 lors de la soirée de clôture le 24 août. Le mélange des cultures et des rythmes a fait de la Superfrancofête une aventure mémorable pour les habitants de la Vieille Capitale qui garderont de cette atmosphère festive un souvenir inoubliable. Source : Le Soleil, 12 août 1974, p.1 et 3, 13 août 1974, p.36, 14 août 1974, p.1-3, 62-63, 24 août 1974, p.1 et 27 août 1974, p.3.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...