Ouverture des « Outgames » au stade Olympique de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les « Outgames » sont précédés d’une importante conférence internationale (26 au 29 juillet) au cours de laquelle est élaborée la Déclaration de Montréal. Ce texte préparé par un comité d’experts, et adopté par les délégués, souligne les grands principes des droits des LGBT, rappelant que « tous les êtres humains naissent égaux et libres en dignité et en droits ». Le co-président de l’événement, l’ex-nageur olympique Mark Tewksbury, et l’ex-championne de tennis Martina Navratilova font lecture de passages de la Déclaration devant une foule enthousiaste réunie au stade Olympique pour assister aux cérémonies d’ouverture du 29 juillet. L’accueil est moins chaleureux pour le ministre fédéral des Travaux publics, Michael Fortier, qui est salué par des huées. Cette manifestation d’hostilité s’explique par des positions de son gouvernement ainsi que l’absence aux « Outgames » du premier ministre Stephen Harper. Plusieurs aspects de ces Jeux (importance de la couverture médiatique, participation timide du grand public, niveau des compétitions, retombées économiques réelles vs celles anticipées, etc.) défraieront la manchette tout au long des compétitions qui auraient attiré environ 12 000 athlètes, dont plusieurs hétérosexuels. Pour les organisateurs, le succès des « Outgames » se mesure surtout par l’intérêt général porté à la cause des LGBT. Celle-ci progresse dans plusieurs endroits du monde mais demeure difficile dans d’autres, notamment les 75 pays possédant des lois qui criminalisent les relations sexuelles entre personnes de même sexe.Les « Outgames » sont précédés d’une importante conférence internationale (26 au 29 juillet) au cours de laquelle est élaborée la Déclaration de Montréal. Ce texte préparé par un comité d’experts, et adopté par les délégués, souligne les grands principes des droits des LGBT, rappelant que « tous les êtres humains naissent égaux et libres en dignité et en droits ». Le co-président de l’événement, l’ex-nageur olympique Mark Tewksbury, et l’ex-championne de tennis Martina Navratilova font lecture de passages de la Déclaration devant une foule enthousiaste réunie au stade Olympique pour assister aux cérémonies d’ouverture du 29 juillet. L’accueil est moins chaleureux pour le ministre fédéral des Travaux publics, Michael Fortier, qui est salué par des huées. Cette manifestation d’hostilité s’explique par des positions de son gouvernement ainsi que l’absence aux « Outgames » du premier ministre Stephen Harper. Plusieurs aspects de ces Jeux (importance de la couverture médiatique, participation timide du grand public, niveau des compétitions, retombées économiques réelles vs celles anticipées, etc.) défraieront la manchette tout au long des compétitions qui auraient attiré environ 12 000 athlètes, dont plusieurs hétérosexuels. Pour les organisateurs, le succès des « Outgames » se mesure surtout par l’intérêt général porté à la cause des LGBT. Celle-ci progresse dans plusieurs endroits du monde mais demeure difficile dans d’autres, notamment les 75 pays possédant des lois qui criminalisent les relations sexuelles entre personnes de même sexe. Source : Le Devoir, 27 juillet 2006, p. A3 ; 7 août 2006, p. A4. La Presse, 24 juillet 2006, cahier Actuel, p.1 ; 29 juillet 2006, p. A5-A6 ; 30 juillet 2006, p. A1-A3 ; 6 août 2006, p. A2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...