Ouverture du Forum socio-économique des Premières Nations

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les participants à ce Forum se penchent de façon particulière sur les problèmes qui affligent les populations des Premières Nations (taux de suicide élevé, faible taux de réussite scolaire, etc.). Ces tares, ainsi que les conditions de pauvreté dans lesquelles vivent plusieurs autochtones, ont d’ailleurs déjà été au coeur de critiques que l’Organisation des Nations unies a adressées aux autorités canadiennes. Pour y remédier, un des présidents du Forum, le chef régional de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, réclame des gouvernements une aide significative qui permettrait la création de 10 000 emplois et de 10 000 logements d’ici 2011. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, propose des pistes de solution, dont la création d’une table tripartite à laquelle prendraient part des participants des gouvernements fédéral et provincial ainsi que des Premières Nations. Charest est d’ailleurs présent pendant les trois jours de discussion alors que son homologue fédéral, Stephen Harper, est absent, et que les ministres fédéraux se montrent plutôt discrets. Même si de belles intentions sont exprimées et que plusieurs témoignages contribuent à sensibiliser la population canadienne aux problèmes que vivent les autochtones, le Forum, qui prend fin le 27 octobre, est marqué par peu d’engagements concrets d’envergure. 

Les participants à ce Forum se penchent de façon particulière sur les problèmes qui affligent les populations des Premières Nations (taux de suicide élevé, faible taux de réussite scolaire, etc.). Ces tares, ainsi que les conditions de pauvreté dans lesquelles vivent plusieurs autochtones, ont d’ailleurs déjà été au coeur de critiques que l’Organisation des Nations unies a adressées aux autorités canadiennes. Pour y remédier, un des présidents du Forum, le chef régional de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, réclame des gouvernements une aide significative qui permettrait la création de 10 000 emplois et de 10 000 logements d’ici 2011. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, propose des pistes de solution, dont la création d’une table tripartite à laquelle prendraient part des participants des gouvernements fédéral et provincial ainsi que des Premières Nations. Charest est d’ailleurs présent pendant les trois jours de discussion alors que son homologue fédéral, Stephen Harper, est absent, et que les ministres fédéraux se montrent plutôt discrets. Même si de belles intentions sont exprimées et que plusieurs témoignages contribuent à sensibiliser la population canadienne aux problèmes que vivent les autochtones, le Forum, qui prend fin le 27 octobre, est marqué par peu d’engagements concrets d’envergure. 

Source : Le Devoir, 25 octobre 2006, p. A3 et A7 ; 26 octobre 2006, p. A2 et A7 ; 27 octobre, p.A1 et A8 ; 28 octobre 2006, p. A3 ; 31 octobre 2006, p.A6. La Presse, 25 octobre 2006, p.10 ; 26 octobre 2006, p. A17 ; 27 octobre 2006, p.A6 ; 28 octobre 2006, p. 1 et A16 ; 29 octobre 2006, p. A4.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...