Ouverture du congrès du Parti québécois à Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cette décision fait suite à une période de réflexion à laquelle Lévesque s’est livré à la suite de l’élection générale d’avril 1970 et des événements d’octobre 1970. Lors du congrès du parti qui se déroule à Québec il a un opposant, André Larocque, le directeur du service de recherches du PQ. Selon Pierre Godin, un des biographes de René Lévesque, cette candidature aurait surtout pour but de donner une plus grande visibilité médiatique au congrès. De fait, Lévesque remporte une victoire décisive. Les 20 % obtenus par Larocque, le difficile débat sur la question des subventions aux écoles anglaises dans un Québec souverain ainsi que l’élection de Pierre Bourgault au sein de l’exécutif du parti permettent toutefois de constater que le leadership de Lévesque sur le PQ ne fait pas l’unanimité.Cette décision fait suite à une période de réflexion à laquelle Lévesque s’est livré à la suite de l’élection générale d’avril 1970 et des événements d’octobre 1970. Lors du congrès du parti qui se déroule à Québec il a un opposant, André Larocque, le directeur du service de recherches du PQ. Selon Pierre Godin, un des biographes de René Lévesque, cette candidature aurait surtout pour but de donner une plus grande visibilité médiatique au congrès. De fait, Lévesque remporte une victoire décisive. Les 20 % obtenus par Larocque, le difficile débat sur la question des subventions aux écoles anglaises dans un Québec souverain ainsi que l’élection de Pierre Bourgault au sein de l’exécutif du parti permettent toutefois de constater que le leadership de Lévesque sur le PQ ne fait pas l’unanimité. Source : Le Devoir, 27 février 1971, p.1 et 6, 1er mars 1971, p.1-3.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...