Ouverture du premier Sommet du vivre ensemble à Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

À la lumière d’incidents survenus au cours des dernières années, Denis Coderre, le maire de Montréal depuis novembre 2013, souhaite voir des élus municipaux s’interroger et échanger sur des sujets comme l’inclusion sociale, la cohabitation, la sécurité et la prévention de la radicalisation. Peu après la tuerie de Paris de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, Coderre annonce la tenue à Montréal d’un sommet qui abordera ces sujets et d’autres, sous le thème général du « vivre ensemble ». Le 10 et le 11 juin, 23 maires de différentes villes du monde répondent à l’invitation : Anne Hidalgo (Paris), Muriel Browser (Washington), Khalifa Ababacar Sall (Dakar), Yvan Mayeur (Bruxelles), Kazumi Matsui (Hiroshima), Régis Labeaume (Québec), etc. Seuls les discours d’ouverture et de clôture sont accessibles au public, les discussions se déroulant à huis clos. Au terme des deux jours du sommet, les participants adoptent une série d’objectifs et deux engagements. D’une part, ils se proposent de reprendre ce sommet dans deux ans, cette fois à Casablanca, au Maroc. D’autre part, ils annoncent la formation d’un Observatoire international des maires sur le vivre ensemble. Son secrétariat central, qui aura pignon sur rue à Montréal pour 5 ans, sera dirigé par l’ex-diplomate canadien Raymond Chrétien. Dans la Déclaration de Montréal, les maires résument « les principes et les engagements généraux sur le Vivre ensemble ». À ceux qui s’interrogent sur la pertinence de ces sommets, Anne Hidalgo explique que l’on « a tendance à concevoir le pouvoir des maires comme quelque chose de périphérique, d’accessoire (...) alors que les métropoles sont devenues des outils de centralité aux défis de la planète ».À la lumière d’incidents survenus au cours des dernières années, Denis Coderre, le maire de Montréal depuis novembre 2013, souhaite voir des élus municipaux s’interroger et échanger sur des sujets comme l’inclusion sociale, la cohabitation, la sécurité et la prévention de la radicalisation. Peu après la tuerie de Paris de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, Coderre annonce la tenue à Montréal d’un sommet qui abordera ces sujets et d’autres, sous le thème général du « vivre ensemble ». Le 10 et le 11 juin, 23 maires de différentes villes du monde répondent à l’invitation : Anne Hidalgo (Paris), Muriel Browser (Washington), Khalifa Ababacar Sall (Dakar), Yvan Mayeur (Bruxelles), Kazumi Matsui (Hiroshima), Régis Labeaume (Québec), etc. Seuls les discours d’ouverture et de clôture sont accessibles au public, les discussions se déroulant à huis clos. Au terme des deux jours du sommet, les participants adoptent une série d’objectifs et deux engagements. D’une part, ils se proposent de reprendre ce sommet dans deux ans, cette fois à Casablanca, au Maroc. D’autre part, ils annoncent la formation d’un Observatoire international des maires sur le vivre ensemble. Son secrétariat central, qui aura pignon sur rue à Montréal pour 5 ans, sera dirigé par l’ex-diplomate canadien Raymond Chrétien. Dans la Déclaration de Montréal, les maires résument « les principes et les engagements généraux sur le Vivre ensemble ». À ceux qui s’interrogent sur la pertinence de ces sommets, Anne Hidalgo explique que l’on « a tendance à concevoir le pouvoir des maires comme quelque chose de périphérique, d’accessoire (...) alors que les métropoles sont devenues des outils de centralité aux défis de la planète ». Source : http://www.umq.qc.ca/nouvelles/actualite-municipale/sommet-sur-le-vivre-ensemble-12-06-2015/  ;
http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201506/11/01-4877161-ouverture-du-sommet-du-vivre-ensemble.php  ;
http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2015/06/20150611-100950.html  ;
http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2015/06/11/002-sommet-maires-montreal-securite-radicalisation.shtml

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...