Ouverture du second Ouimetoscope

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Peu de temps après l’ouverture du premier Ouimetoscope, un concurrent de Ouimet ouvre une salle de cinéma entièrement moderne, le Nationaloscope, située sur la rue Sainte-Catherine, à Montréal. Devant cet affront, Ouimet réagit. Il rase son cinéma et l’hôtel Klondike adjacent, et fait construire à cet endroit une immense salle de 1 200 places à l’architecture mi-moderne, mi-roccoco, où la porcelaine côtoie la dorure. Lors de la soirée d’inauguration, les spectateurs sont accueillis au son de la musique tzigane, le comble du modernisme en matière musical pour l’époque.Peu de temps après l’ouverture du premier Ouimetoscope, un concurrent de Ouimet ouvre une salle de cinéma entièrement moderne, le Nationaloscope, située sur la rue Sainte-Catherine, à Montréal. Devant cet affront, Ouimet réagit. Il rase son cinéma et l’hôtel Klondike adjacent, et fait construire à cet endroit une immense salle de 1 200 places à l’architecture mi-moderne, mi-roccoco, où la porcelaine côtoie la dorure. Lors de la soirée d’inauguration, les spectateurs sont accueillis au son de la musique tzigane, le comble du modernisme en matière musical pour l’époque. Source : La Presse, 31 août 1907, p.25.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...