Ouverture du sommet économique de Pointe-au-Pic

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

En organisant ce sommet, le gouvernement dit vouloir dégager une « conscience nationale » afin de faire face à la forte inflation qui affecte l’économie. Il veut aussi améliorer le climat de travail qui règne au Québec. Dans son discours, le premier ministre René Lévesque attribue d’ailleurs une certaine responsabilité à ce qu’il appelle les excès du monde du travail. Selon plusieurs observateurs, le sommet débouche sur peu de mesures concrètes. « On a surtout discuté philosophie », déclare même le premier ministre Lévesque
. Lors de la dernière journée, le ministre Landry annonce tout de même la stratégie de développement économique qu’il doit présenter à l’automne.En organisant ce sommet, le gouvernement dit vouloir dégager une « conscience nationale » afin de faire face à la forte inflation qui affecte l’économie. Il veut aussi améliorer le climat de travail qui règne au Québec. Dans son discours, le premier ministre René Lévesque attribue d’ailleurs une certaine responsabilité à ce qu’il appelle les excès du monde du travail. Selon plusieurs observateurs, le sommet débouche sur peu de mesures concrètes. « On a surtout discuté philosophie », déclare même le premier ministre Lévesque
. Lors de la dernière journée, le ministre Landry annonce tout de même la stratégie de développement économique qu’il doit présenter à l’automne. Source : Hélène Baril, « Le climat était tendu au départ premier sommet économique du Québec, en 1977 », Le Soleil, 9 mars 1996, p.B1. La Presse, 25 mai 1977, p.1, A9, A18-A19. Konrad Yakabuski, « Misère des sommets », Le Devoir, 13 janvier 1996, p. A1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...