Parfois le bonheur se cache là où on l’attend le moins

, par Jean Provencher

Ma grange, élevée en même temps que ma maison en 1921, s’est effondrée en février. J’écrivais alors, déçu bien sûr de la perte de ce lieu de vie, que je créais sur ce site interactif une sous-catégorie — Grange effondrée — et que j’observerais désormais le vie de ce nouveau lieu. Et j’y suis depuis, […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2015/08/1...