Participation du régiment de Hull à l’opération « Pacifique »

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les Canadiens forment à peu près 20 % des forces armées alliées qui participent à cette opération, dont le régiment de Hull qui fait partie de la 13e brigade de la 8e division canadienne. Au cours de l’opération, ceux-ci s’emparent de Kiska, dans les Aléoutiennes, près du Japon. En réalité, la prise s’avère plutôt facile puisque les Japonais se retirent sans se battre. Entre 6 000 à 10 000 d’entre eux ont quitté l’île avant le débarquement des alliés. Cette prise est stratégique puisqu’elle permet aux Américains de s’installer sur les dernières bases avancées de l’ennemi.Les Canadiens forment à peu près 20 % des forces armées alliées qui participent à cette opération, dont le régiment de Hull qui fait partie de la 13e brigade de la 8e division canadienne. Au cours de l’opération, ceux-ci s’emparent de Kiska, dans les Aléoutiennes, près du Japon. En réalité, la prise s’avère plutôt facile puisque les Japonais se retirent sans se battre. Entre 6 000 à 10 000 d’entre eux ont quitté l’île avant le débarquement des alliés. Cette prise est stratégique puisqu’elle permet aux Américains de s’installer sur les dernières bases avancées de l’ennemi. Source : Pierre Vennat, Les héros oubliés. L’histoire inédite des militaires canadiens-français de la deuxième guerre mondiale (tome 2) : de septembre 1942 à la veille du Jour J., Montréal, Éditions du Méridien, 1997, p.207-222. C.P. Stacey, L’Armée canadienne 1939-1945, Ottawa, Imprimeur du Roi, 1949, 364 p.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...