Plaidoyer de culpabilité à six chefs d’accusation par l’ex-lieutenante-gouverneure du Québec, Lise Thibault

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Lise Thibault a une longue feuille de route derrière elle, remportant plusieurs honneurs et occupant les postes de présidente-directrice-générale de l’Office des personnes handicapées du Québec et celui de présidente de la Commission de la santé et de la sécurité du travail, avant de devenir lieutenante-gouverneure du Québec en 1997. La première femme à occuper cette fonction symbolique se déplace elle-même en chaise roulante. En 2007, une controverse éclate relativement à des dépenses injustifiées qu’elle aurait effectuées. Le premier ministre Stephen Harper annonce la fin de son mandat la même année. La polémique persiste néanmoins. Le vérificateur général dévoile des irrégularités s’élevant à plusieurs centaines de milliers de dollars sur l’ensemble de la période 1997-2007, essentiellement des factures assumées par les gouvernements dont la pertinence semble discutable. Appelée à se justifier devant une Commission parlementaire se déroulant en 2008, l’ex-lieutenante-gouverneure affirme que tout était lié à sa fonction. Elle demandera même une « immunité royale partielle ». Une longue saga judiciaire s’amorce en 2009, alors que des chefs d’accusation d’abus de confiance et de fraude sont déposés. L’affaire prend une tournure inattendue le 8 décembre 2014 alors que Lise Thibault reconnaît finalement sa culpabilité à six des chefs d’accusation. Elle se dit en mesure de rembourser 310 000$, soit moins de la moitié des dépenses injustifiées identifiées. La question du versement qui sera réclamé ainsi que celle d’une éventuelle peine de prison restent en suspens. Lise Thibault a 75 ans. Lise Thibault a une longue feuille de route derrière elle, remportant plusieurs honneurs et occupant les postes de présidente-directrice-générale de l’Office des personnes handicapées du Québec et celui de présidente de la Commission de la santé et de la sécurité du travail, avant de devenir lieutenante-gouverneure du Québec en 1997. La première femme à occuper cette fonction symbolique se déplace elle-même en chaise roulante. En 2007, une controverse éclate relativement à des dépenses injustifiées qu’elle aurait effectuées. Le premier ministre Stephen Harper annonce la fin de son mandat la même année. La polémique persiste néanmoins. Le vérificateur général dévoile des irrégularités s’élevant à plusieurs centaines de milliers de dollars sur l’ensemble de la période 1997-2007, essentiellement des factures assumées par les gouvernements dont la pertinence semble discutable. Appelée à se justifier devant une Commission parlementaire se déroulant en 2008, l’ex-lieutenante-gouverneure affirme que tout était lié à sa fonction. Elle demandera même une « immunité royale partielle ». Une longue saga judiciaire s’amorce en 2009, alors que des chefs d’accusation d’abus de confiance et de fraude sont déposés. L’affaire prend une tournure inattendue le 8 décembre 2014 alors que Lise Thibault reconnaît finalement sa culpabilité à six des chefs d’accusation. Elle se dit en mesure de rembourser 310 000$, soit moins de la moitié des dépenses injustifiées identifiées. La question du versement qui sera réclamé ainsi que celle d’une éventuelle peine de prison restent en suspens. Lise Thibault a 75 ans. Source : http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2014/12/08/004-lise-thibault-coupable-lundi.shtml  ;
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/201206/12/01-4534281-lise-thibault-ne-peut-pas-se-cacher-derriere-sa-fonction-officielle.php  ;
http://www.ledevoir.com/societe/justice/414723/lise-thibault-victime-d-un-agenda-trop-charge

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...