Première du film « Bonheur d’occasion »

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Dans les années 80, Claude Fournier ralentit son rythme de production, délaisse la comédie, le film pour adultes et les thèmes à mode pour s’attaquer à des sujets ayant plus d’épaisseur. C’est ainsi qu’il adapte le roman de Gabrille Roy « Bonheur d’occasion », basé sur l’histoire plutôt sombre de Florentine Lacasse (Mireille Deyglun). Il tourne simultanément la version française et la version anglaise, de même que le film et la série pour la télévision. La première du film a lieu au Festival des films du monde de Montréal, où il se mérite le Prix de la presse internationale.Dans les années 80, Claude Fournier ralentit son rythme de production, délaisse la comédie, le film pour adultes et les thèmes à mode pour s’attaquer à des sujets ayant plus d’épaisseur. C’est ainsi qu’il adapte le roman de Gabrille Roy « Bonheur d’occasion », basé sur l’histoire plutôt sombre de Florentine Lacasse (Mireille Deyglun). Il tourne simultanément la version française et la version anglaise, de même que le film et la série pour la télévision. La première du film a lieu au Festival des films du monde de Montréal, où il se mérite le Prix de la presse internationale. Source : Michel Coulombe et Marcel Jean, Le dictionnaire du cinéma québécois, Montréal, Boréal, 1988, 530 p.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...