Première du film « Borderline »

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La réalisatrice québécoise Lyne Charlebois, qui s’est d’abord fait connaître par ses courts métrages, ses vidéoclips et ses publicités, signe son premier long métrage avec « Borderline ». Le scénario est une adaptation de « Borderline » et de « La Brèche », deux romans de Marie-Sissi Labrèche qui sont inspirés de son expérience personnelle. L’histoire met en scène le personnage de Kiki, interprété principalement par Isabelle Blais. Par diverses techniques de sauts temporels, la réalisatrice présente l’héroïne à trois périodes de sa vie. Kiki vit une enfance bouleversée durant laquelle elle est élevée par sa grand-mère (Angèle Coutu), à cause d’un père absent et d’une mère psychotique (Sylvie Drapeau). Durant sa vingtaine, cette carence émotive la conduira à se rendre au « bord de la falaise ». Dans sa recherche désespérée d’amour-propre, elle se laissera sombrer dans des excès autodestructeurs : alcool, sexe et automutilation. La trentaine est la période durant laquelle la fragile Kiki tente d’atteindre un équilibre dans sa vie. Elle trouve sa motivation dans l’écriture. Toutefois, son professeur de littérature, Tchéky (Jean-Hugues Anglade), contribue à la maintenir dans ses tourmentes. Un retour dans son passé, mais surtout son acceptation, lui permettra de reprendre la maîtrise sur son existence et de vivre pleinement ses émotions longtemps refoulées. « Borderline », fut bien reçu par la critique, tant pour le jeu des acteurs que pour ses qualités cinématographiques. Après une semaine, le film finit deuxième au box-office québécois. « Borderline » n’est pas sélectionné à la Berlinade, mais il sera soumis à la sélection du Festival de Cannes. La réalisatrice québécoise Lyne Charlebois, qui s’est d’abord fait connaître par ses courts métrages, ses vidéoclips et ses publicités, signe son premier long métrage avec « Borderline ». Le scénario est une adaptation de « Borderline » et de « La Brèche », deux romans de Marie-Sissi Labrèche qui sont inspirés de son expérience personnelle. L’histoire met en scène le personnage de Kiki, interprété principalement par Isabelle Blais. Par diverses techniques de sauts temporels, la réalisatrice présente l’héroïne à trois périodes de sa vie. Kiki vit une enfance bouleversée durant laquelle elle est élevée par sa grand-mère (Angèle Coutu), à cause d’un père absent et d’une mère psychotique (Sylvie Drapeau). Durant sa vingtaine, cette carence émotive la conduira à se rendre au « bord de la falaise ». Dans sa recherche désespérée d’amour-propre, elle se laissera sombrer dans des excès autodestructeurs : alcool, sexe et automutilation. La trentaine est la période durant laquelle la fragile Kiki tente d’atteindre un équilibre dans sa vie. Elle trouve sa motivation dans l’écriture. Toutefois, son professeur de littérature, Tchéky (Jean-Hugues Anglade), contribue à la maintenir dans ses tourmentes. Un retour dans son passé, mais surtout son acceptation, lui permettra de reprendre la maîtrise sur son existence et de vivre pleinement ses émotions longtemps refoulées. « Borderline », fut bien reçu par la critique, tant pour le jeu des acteurs que pour ses qualités cinématographiques. Après une semaine, le film finit deuxième au box-office québécois. « Borderline » n’est pas sélectionné à la Berlinade, mais il sera soumis à la sélection du Festival de Cannes. Source : La Presse, 12 février 2008, Arts et spectacles, p.3. Le Devoir, 9 février 2008, p. e8. La Tribune, 9 février 2008, p. S6.
http://www.radio-canada.ca/arts-spectacles/cinema/2008/02/05/001-borderline.asp

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...