Première du film « Les doigts croches »

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’été 2009 est particulièrement faste pour le cinéma québécois. Après le lancement du film « De père en flic » d’Émile Gaudreault, c’est au tour du réalisateur Ken Scott de présenter une comédie, « Les doigts croches », qui profite d’un battage médiatique important. L’histoire, qui se déroule au cours des années 60, est centrée autour de cinq malfrats, complices d’un vol, qui doivent effectuer le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle afin de récupérer leur butin. Les principaux rôles sont tenus par des comédiens bien connus -Roy Dupuis, Patrice Robitaille, Claude Legault, Jean-Pierre Bergeron, Paolo Noël- dont la présence favorise le succès du film au box-office. Avec « De père en flic », « Les grandes chaleurs » de Sophie Lorain et « Les pieds dans le vide » de Mariloup Wolfe, les productions québécoises remportent d’ailleurs, dans l’ensemble, un bon succès auprès de la critique ainsi que des cinéphiles. L’été 2009 est particulièrement faste pour le cinéma québécois. Après le lancement du film « De père en flic » d’Émile Gaudreault, c’est au tour du réalisateur Ken Scott de présenter une comédie, « Les doigts croches », qui profite d’un battage médiatique important. L’histoire, qui se déroule au cours des années 60, est centrée autour de cinq malfrats, complices d’un vol, qui doivent effectuer le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle afin de récupérer leur butin. Les principaux rôles sont tenus par des comédiens bien connus -Roy Dupuis, Patrice Robitaille, Claude Legault, Jean-Pierre Bergeron, Paolo Noël- dont la présence favorise le succès du film au box-office. Avec « De père en flic », « Les grandes chaleurs » de Sophie Lorain et « Les pieds dans le vide » de Mariloup Wolfe, les productions québécoises remportent d’ailleurs, dans l’ensemble, un bon succès auprès de la critique ainsi que des cinéphiles. Source : La Presse, 25 juillet 2009, Cahier cinéma p. c2 ; Le Soleil, 31 juillet 2009, p. 25 ; Le Devoir, 1e août 2009, p. e7.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...