Première du film « Passiflora »

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Montréal, septembre 1984. À cinq jours d’intervalle, les Montréalais accueillent au stade Olympique Jean-Paul II et Michael Jackson, deux grands communicateurs qui, chacun à leur façon, attirent des jeunes enthousiastes. Témoin de ces deux événements, Fernand Bélanger tente de cerner l’impact des médias sur les foules, de comparer la performance et le message de ces deux hommes, en donnant la parole à ceux et celles que marginalise le discours officiel de l’Église : homosexuels, lesbiennes, femmes avortées ou violentées. Ni documentaire, ni fiction, ni reportage, « Passiflora » réunit plutôt tous ces genres en un seul, en juxtaposant des scènes fictives à des images documentaires, ou en utilisant des scènes réelles d’actualité comme arrière ou avant-plan pour le jeu théâtral des comédiens.Montréal, septembre 1984. À cinq jours d’intervalle, les Montréalais accueillent au stade Olympique Jean-Paul II et Michael Jackson, deux grands communicateurs qui, chacun à leur façon, attirent des jeunes enthousiastes. Témoin de ces deux événements, Fernand Bélanger tente de cerner l’impact des médias sur les foules, de comparer la performance et le message de ces deux hommes, en donnant la parole à ceux et celles que marginalise le discours officiel de l’Église : homosexuels, lesbiennes, femmes avortées ou violentées. Ni documentaire, ni fiction, ni reportage, « Passiflora » réunit plutôt tous ces genres en un seul, en juxtaposant des scènes fictives à des images documentaires, ou en utilisant des scènes réelles d’actualité comme arrière ou avant-plan pour le jeu théâtral des comédiens. Source : Site de l’Office international du film : http://cmm.onf.ca/

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...