Présentation d’une course Nascar à Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

D’une grande popularité aux Etats-Unis, le circuit Nascar (National Association for Stock Car Auto Racing) comprend plusieurs niveaux. Après la série Nextel, la série Busch est la deuxième plus forte. La présentation d’une de ses épreuves en sol québécois constitue un événement important. Habituellement, les courses se déroulent sur une piste ovale, mais à Montréal, c’est sur le circuit Gilles-Villeneuve, également utilisé pour la formule 1, que les pilotes doivent rivaliser. Assez familier avec les particularités du Nascar (voitures plus nombreuses et plus lourdes, contacts fréquents et système de points différent de la formule 1), le public répond bien aux attentes des organisateurs. Environ 130 000 spectateurs assistent aux deux jours de compétition. N’est pas étranger à ce succès populaire la présence de pilotes québécois qui luttent pour les premières positions. C’est le cas d’Andrew Ranger en Nascar Canadian Tire, qui n’est devancé, et de justesse, que par Kerry Micks. Patrick Carpentier fait également vivre de fortes sensations aux amateurs dans l’épreuve de la série Busch en talonnant le vainqueur, Kevin Harvick, jusque dans le dernier droit. A la lumière de cette première, les observateurs considèrent plausible l’hypothèse d’un retour du circuit Nascar à Montréal sur une base annuelle. D’une grande popularité aux Etats-Unis, le circuit Nascar (National Association for Stock Car Auto Racing) comprend plusieurs niveaux. Après la série Nextel, la série Busch est la deuxième plus forte. La présentation d’une de ses épreuves en sol québécois constitue un événement important. Habituellement, les courses se déroulent sur une piste ovale, mais à Montréal, c’est sur le circuit Gilles-Villeneuve, également utilisé pour la formule 1, que les pilotes doivent rivaliser. Assez familier avec les particularités du Nascar (voitures plus nombreuses et plus lourdes, contacts fréquents et système de points différent de la formule 1), le public répond bien aux attentes des organisateurs. Environ 130 000 spectateurs assistent aux deux jours de compétition. N’est pas étranger à ce succès populaire la présence de pilotes québécois qui luttent pour les premières positions. C’est le cas d’Andrew Ranger en Nascar Canadian Tire, qui n’est devancé, et de justesse, que par Kerry Micks. Patrick Carpentier fait également vivre de fortes sensations aux amateurs dans l’épreuve de la série Busch en talonnant le vainqueur, Kevin Harvick, jusque dans le dernier droit. A la lumière de cette première, les observateurs considèrent plausible l’hypothèse d’un retour du circuit Nascar à Montréal sur une base annuelle. Source : La Presse, 4 août 2007, Sports p. 2-3 ; 5 août 2007, Sports p. 1-3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...