Présentation de l’équipe de rêve du Canadien de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Des journaux (« La Presse », « The Gazette ») et des stations radiophoniques (CKAC, CFCF) de Montréal sont associés à ce scrutin auquel participent environ 20 000 amateurs. La grande équipe des années 50 bénéficie de la faveur populaire alors que cinq de ses membres (l’ailier droit Maurice Richard, le centre Jean Béliveau, l’ailier gauche Dickie Moore, le défenseur Doug Harvey, le gardien de but Jacques Plante) dominent le scrutin à leurs positions respectives. L’entraîneur Hector « Toe » Blake est également le choix des amateurs, tout comme le défenseur Larry Robinson, seul joueur de la puissante équipe des années 70 à se faufiler sur cette « équipe de rêve ». Lors de la présentation des joueurs, le soir du 12 janvier, c’est toutefois un autre Canadien, Aurèle Joliat, qui vole la vedette. Maintenant âgé de 83 ans, Joliat, un brillant patineur qui a porté les couleurs du Tricolore entre 1922-23 et 1937-38, fait une apparition pour le moins remarquée sur ses patins, déjouant le gardien de but Jacques Plante après avoir effectué deux chutes qui ont provoqué un malaise dans la foule réunie au Forum pour l’occasion. Des journaux (« La Presse », « The Gazette ») et des stations radiophoniques (CKAC, CFCF) de Montréal sont associés à ce scrutin auquel participent environ 20 000 amateurs. La grande équipe des années 50 bénéficie de la faveur populaire alors que cinq de ses membres (l’ailier droit Maurice Richard, le centre Jean Béliveau, l’ailier gauche Dickie Moore, le défenseur Doug Harvey, le gardien de but Jacques Plante) dominent le scrutin à leurs positions respectives. L’entraîneur Hector « Toe » Blake est également le choix des amateurs, tout comme le défenseur Larry Robinson, seul joueur de la puissante équipe des années 70 à se faufiler sur cette « équipe de rêve ». Lors de la présentation des joueurs, le soir du 12 janvier, c’est toutefois un autre Canadien, Aurèle Joliat, qui vole la vedette. Maintenant âgé de 83 ans, Joliat, un brillant patineur qui a porté les couleurs du Tricolore entre 1922-23 et 1937-38, fait une apparition pour le moins remarquée sur ses patins, déjouant le gardien de but Jacques Plante après avoir effectué deux chutes qui ont provoqué un malaise dans la foule réunie au Forum pour l’occasion. Source : La Presse, 12 janvier 1985, p.G1, 13 janvier 1985, p.25-29.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...