Présentation du Conseil des ministres du nouveau premier ministre Jacques Parizeau

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Outre Parizeau lui-même, qui occupe le poste de premier ministre et celui de responsable du dossier autochtone, le cabinet comprend Bernard Landry (vice-premier ministre, ministre des Affaires internationales, de l’Immigration et des Communautés culturelles et ministre responsable de la Francophonie), Guy Chevrette (ministre d’État au Développement des régions et ministre des Affaires municipales, leader parlementaire du gouvernement et ministre responsable de la réforme électorale), Pauline Marois (ministre déléguée à l’Administration et à la Fonction publique, présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de la Famille, également responsable de l’Office des services de garde à l’enfance), Louise Harel (ministre d’État à la Concertation et ministre de l’Emploi), Louise Beaudoin (ministre déléguée aux Affaires intergouvernementales canadiennes), Jean Campeau (ministre des Finances et ministre du Revenu), Jacques Léonard (ministre des Transports), Jean Garon (ministre de l’Éducation) -une surprise !- , François Gendron (ministre des Ressources naturelles), Jacques Brassard (ministre de l’Environnement et de la Faune), Jeanne Blackburn (ministre de la Sécurité du revenu et ministre responsable de la Condition féminine), Serge Ménard (ministre de la Sécurité publique), Marcel Landry (ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation), Paul Bégin (ministre de la Justice et ministre responsable de l’application des lois professionnelles), Rita Dionne-Marsolais (ministre déléguée au Tourisme et ministre responsable de la Régie des installations olympiques), Richard Le Hir (ministre délégué à la restructuration, dans l’éventualité d’un Québec souverain), Marie Malavoy (ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de l’application de la Charte de la langue française), Daniel Paillé (ministre de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie et ministre responsable du développement technologique et des sociétés Innovatech) et Jean Rochon (ministre de la Santé et des Services sociaux). Donnant un avant-goût de l’approche qu’il entend préconiser au cours des prochains mois, le nouveau premier ministre déclare au cours de son discours : « Et lorsque nous aurons, par nos actions sur des dossiers dont le Québec a déjà la responsabilité, démontré combien la solidarité québécoise est un atout, une force, les Québécois seront encore plus nombreux qu’aujourd’hui à faire ce constat : nous sommes déjà un pays dans nos têtes et dans nos coeurs, pourquoi ne pas le dire tout haut, le proclamer à nos enfants et au monde ? »
Outre Parizeau lui-même, qui occupe le poste de premier ministre et celui de responsable du dossier autochtone, le cabinet comprend Bernard Landry (vice-premier ministre, ministre des Affaires internationales, de l’Immigration et des Communautés culturelles et ministre responsable de la Francophonie), Guy Chevrette (ministre d’État au Développement des régions et ministre des Affaires municipales, leader parlementaire du gouvernement et ministre responsable de la réforme électorale), Pauline Marois (ministre déléguée à l’Administration et à la Fonction publique, présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de la Famille, également responsable de l’Office des services de garde à l’enfance), Louise Harel (ministre d’État à la Concertation et ministre de l’Emploi), Louise Beaudoin (ministre déléguée aux Affaires intergouvernementales canadiennes), Jean Campeau (ministre des Finances et ministre du Revenu), Jacques Léonard (ministre des Transports), Jean Garon (ministre de l’Éducation) -une surprise !- , François Gendron (ministre des Ressources naturelles), Jacques Brassard (ministre de l’Environnement et de la Faune), Jeanne Blackburn (ministre de la Sécurité du revenu et ministre responsable de la Condition féminine), Serge Ménard (ministre de la Sécurité publique), Marcel Landry (ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation), Paul Bégin (ministre de la Justice et ministre responsable de l’application des lois professionnelles), Rita Dionne-Marsolais (ministre déléguée au Tourisme et ministre responsable de la Régie des installations olympiques), Richard Le Hir (ministre délégué à la restructuration, dans l’éventualité d’un Québec souverain), Marie Malavoy (ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de l’application de la Charte de la langue française), Daniel Paillé (ministre de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie et ministre responsable du développement technologique et des sociétés Innovatech) et Jean Rochon (ministre de la Santé et des Services sociaux). Donnant un avant-goût de l’approche qu’il entend préconiser au cours des prochains mois, le nouveau premier ministre déclare au cours de son discours : « Et lorsque nous aurons, par nos actions sur des dossiers dont le Québec a déjà la responsabilité, démontré combien la solidarité québécoise est un atout, une force, les Québécois seront encore plus nombreux qu’aujourd’hui à faire ce constat : nous sommes déjà un pays dans nos têtes et dans nos coeurs, pourquoi ne pas le dire tout haut, le proclamer à nos enfants et au monde ? »
Source : http://www.assnat.qc.ca/fra/patrimoine/chronologie/chrono3.html  ;
Le Devoir, 27 septembre 1994, p.A1, A4-A5. La Presse, 27 septembre 1994, p.A1-A2, B1.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...