Présentation du Moulin à paroles à Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le Moulin à paroles - clin d’oeil au Moulin à images de Robert Lepage présenté à Québec depuis 2008 - est organisé quelques mois après l’annulation d’une reconstitution de la bataille des plaines d’Abraham, un événement qui avait lui aussi provoqué une vive controverse. Les organisateurs du Moulin à paroles réunissent une centaine de personnalités qui, pendant deux jours, font la lecture de textes ayant marqué l’histoire du Québec. Il peut s’agir de textes poétiques, à caractère social ou, dans certains cas, ayant une forte dimension politique. C’est le cas par exemple du manifeste du Front de libération du Québec (FLQ), lu sur les ondes de Radio-Canada pendant la crise d’octobre 1970. Cette perspective suscite de fortes réactions, dont celle du gouvernement du Québec qui refuse de s’associer à l’événement. Les activités du Moulin à paroles se déroulent toutefois sans faire de remous. Parmi les lecteurs, on remarque de nombreuses personnalités du monde artistique et politique, dont l’ex-premier ministre du Québec, Bernard Landry, et le chef du Parti québécois, Pauline Marois. C’est le chanteur Luck Mervil qui fait la lecture du manifeste felquiste, lecture qui, selon les journalistes présents, provoque somme toute peu de réactions de la part des spectateurs présents.Le Moulin à paroles - clin d’oeil au Moulin à images de Robert Lepage présenté à Québec depuis 2008 - est organisé quelques mois après l’annulation d’une reconstitution de la bataille des plaines d’Abraham, un événement qui avait lui aussi provoqué une vive controverse. Les organisateurs du Moulin à paroles réunissent une centaine de personnalités qui, pendant deux jours, font la lecture de textes ayant marqué l’histoire du Québec. Il peut s’agir de textes poétiques, à caractère social ou, dans certains cas, ayant une forte dimension politique. C’est le cas par exemple du manifeste du Front de libération du Québec (FLQ), lu sur les ondes de Radio-Canada pendant la crise d’octobre 1970. Cette perspective suscite de fortes réactions, dont celle du gouvernement du Québec qui refuse de s’associer à l’événement. Les activités du Moulin à paroles se déroulent toutefois sans faire de remous. Parmi les lecteurs, on remarque de nombreuses personnalités du monde artistique et politique, dont l’ex-premier ministre du Québec, Bernard Landry, et le chef du Parti québécois, Pauline Marois. C’est le chanteur Luck Mervil qui fait la lecture du manifeste felquiste, lecture qui, selon les journalistes présents, provoque somme toute peu de réactions de la part des spectateurs présents. Source : Le Devoir, 12 septembre 2009, p. a1 et al, 14 septembre 2009, p. a1 et al. ; Le Soleil, 13 septembre 2009, p. 2 et al., 14 septembre 2009, p. 4 et 5.
http://www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2009/09/11/001-moulin_paroles_argent.shtml

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...