Présentation du budget de la ministre Pauline Marois

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Présenté cinq mois plus tôt que prévu, le nouveau budget de la ministre des Finances, Pauline Marois, se veut un effort afin « que le Québec traverse avec un minimum de turbulences les difficultés actuelles », largement liées, selon madame Marois, aux attentats du 11 septembre. Le nouveau budget prévoit 43 millions pour l’implantation de mesures visant la sécurité des personnes. De façon plus générale, le budget prévoit une croissance de 1,7 % du produit intérieur brut, accompagnée d’une augmentation des dépenses publiques de 3,1 %. Parmi les principales dépenses, le gouvernement de Bernard Landry prévoit accorder sa priorité à la santé (500 millions de dollars), à l’éducation (400 millions) ainsi qu’aux logements sociaux (500 millions). Au niveau des infrastructures, ce sont 400 millions qui seront injectés dans le réseau routier. Cette somme s’ajoute aux 350 millions alloués aux programmes d’infrastructures conjoints avec les municipalités, ainsi qu’aux 100 millions consacrés aux équipements culturels. Le gouvernement prévoit également une indexation des tables d’impôt et des prestation d’aide sociale, ainsi qu’une augmentation de 2,7 % pour ces dernières. Ces mesures s’accompagnent finalement par un maintien du déficit zéro et un retour de 400 millions de dollars pour les consommateurs, dont les trois quarts iront aux plus démunis.Présenté cinq mois plus tôt que prévu, le nouveau budget de la ministre des Finances, Pauline Marois, se veut un effort afin « que le Québec traverse avec un minimum de turbulences les difficultés actuelles », largement liées, selon madame Marois, aux attentats du 11 septembre. Le nouveau budget prévoit 43 millions pour l’implantation de mesures visant la sécurité des personnes. De façon plus générale, le budget prévoit une croissance de 1,7 % du produit intérieur brut, accompagnée d’une augmentation des dépenses publiques de 3,1 %. Parmi les principales dépenses, le gouvernement de Bernard Landry prévoit accorder sa priorité à la santé (500 millions de dollars), à l’éducation (400 millions) ainsi qu’aux logements sociaux (500 millions). Au niveau des infrastructures, ce sont 400 millions qui seront injectés dans le réseau routier. Cette somme s’ajoute aux 350 millions alloués aux programmes d’infrastructures conjoints avec les municipalités, ainsi qu’aux 100 millions consacrés aux équipements culturels. Le gouvernement prévoit également une indexation des tables d’impôt et des prestation d’aide sociale, ainsi qu’une augmentation de 2,7 % pour ces dernières. Ces mesures s’accompagnent finalement par un maintien du déficit zéro et un retour de 400 millions de dollars pour les consommateurs, dont les trois quarts iront aux plus démunis. Source : Le Devoir, 2 novembre 2001, p.A1.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...