Présentation du drame religieux « Le triomphe de la croix » de Julien Daoust

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les citoyens de la Haute-Ville ont peu d’occasions d’assister à du théâtre francophone, à moins de se rendre dans le quartier Saint-Roch. Le passage de Julien Daoust, avec une pièce tout à fait au goût de l’époque, sera la seule exception pour l’année 1903. Une semaine après son passage au Tara Hall, Daoust répond à la demande des dirigeants de la Salle de la garde Champlain et accepte de transporter sa troupe dans la Basse-Ville où il connaîtra un succès de la fin mars à la fin juin.Les citoyens de la Haute-Ville ont peu d’occasions d’assister à du théâtre francophone, à moins de se rendre dans le quartier Saint-Roch. Le passage de Julien Daoust, avec une pièce tout à fait au goût de l’époque, sera la seule exception pour l’année 1903. Une semaine après son passage au Tara Hall, Daoust répond à la demande des dirigeants de la Salle de la garde Champlain et accepte de transporter sa troupe dans la Basse-Ville où il connaîtra un succès de la fin mars à la fin juin. Source : Christian Beaucage, Le Théâtre à Québec au début du XXème siècle, Québec, Nuit Blanche, 1996, p.68.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...